1988

Allocution du président

Marc Augé
 

Ouverture de la Xe Conférence Marc-Bloch

C’est un honneur et une joie d’accueillir ce soir, au nom de l’École des hautes études en sciences sociales et de tous ses amis, notre collègue Luciano Canfora, de l’université de Bari. Un honneur et une joie, naturellement, pour tous ses collègues historiens qui connaissent son œuvre et y ont reconnu l’acuité de la réflexion et la fermeté d’écriture dont l’indissociable alliance signale les maîtres. Un honneur, une joie et aussi la promesse d’un intense plaisir intellectuel pour tous ceux qui, intéressés à un titre ou à un autre aux sciences humaines et sociales, ne se satisfont ni des trop rigides divisions disciplinaires, ni d’un partage définitif des domaines et des compétences qui assigneraient aux uns l’étude des passés lointains, aux autres celle du monde contemporain, ni enfin d’une manière d’hémiplégie épistémologique qui condamnerait le chercheur soit à explorer jusque dans ses derniers détails la singularité incomparable d’un événement particulier ou d’une réalité locale, soit à proposer des hypothèses générales mais indémontrables.

L’œuvre de Luciano Canfora, par sa diversité, constitue un refus global d’une telle assignation à résidence. L’« inspecteur Canfora » – comme l’a appelé joliment Marcel Détienne dans le compte rendu qu’il a fait de la traduction française, chez Desjonquères, de La Biblioteca scomparsa1 –, l’inspecteur Canfora conduit plus d’une enquête et sur plus d’un terrain. Démosthène, Thucydide ou Plutarque ne le détournent pas de s’intéresser à l’occasion aux mystères de la démocratie moderne – et il y fait preuve d’une sagacité égale à celle qui lui permet de conclure qu’à tout le moins en 47 avant notre ère la bibliothèque d’Alexandrie n’avait pas brûlé.

Cette diversité ne traduit pas simplement la curiosité d’esprit d’un homme érudit ouvert aux problèmes de son époque. Elle procède plus profondément d’une réflexion sur l’objet et la méthode de l’histoire qui intéresse plus largement l’ensemble de nos disciplines. Cette réflexion porte, pour le dire d’un mot, sur l’analogie et sur son rôle dans la construction du fait historique, sur sa capacité explicative et sur ses rapports avec l’idéologie. Un parallèle intéressant pourrait être dressé à partir de là entre les métiers de l’historien et de l’anthropologue, le premier tenté de remonter du présent au passé pour garantir un sens à ce passé mais exposé dès lors à déduire trop facilement, trop mécaniquement, en sens inverse, le présent du passé, le second enclin à prendre sur sa propre culture la mesure des autres cultures sous peine de traiter celles-ci comme d’ineffables mystères mais s’exposant du même coup aux pièges de l’ethnocentrisme.

Plus subtilement, Luciano Canfora ne cesse de mettre à l’épreuve des concepts dont la philosophie kantienne permet d’imputer le caractère complexe et problématique aux contraintes de la raison pratique : la distance, la comparaison, la macro-histoire, mais aussi la compréhension, l’identité et la différence. Nous n’en avons pas fini de nous débattre avec les récits que nous croyons recueillir et avec ceux que nous essayons de produire, ni avec l’évidence de leurs rapports réciproques qui problématise la réalité des premiers et l’objet des seconds. Mais la question reste posée de savoir si cette difficulté, commune à l’ensemble des sciences humaines, les distingue pour autant radicalement des sciences de la nature.

Je m’arrête là, en vous priant d’excuser cette digression à la fois trop longue et trop rapide. Je voulais simplement vous dire, Luciano Canfora, que pour vous avoir lu, à Paris, je me réjouissais fort de vous y entendre nous parler de la lecture, à Athènes et à Rome. Je ne suis pas seul dans ce cas et nous vous remercions tous d’être ce soir parmi nous.

Notes
1La véritable histoire de la bibliothèque d’Alexandrie, trad. de l’italien par Jean-Paul Manganaro et Danielle Dubroca, Paris, Desjonquères, 1988, 212 p. (« Les chemins de l’Italie »). (NdE.)
École des Hautes Études en Sciences Sociales